Bilan – La lecture financière

Ratios de liquidité

Ratios de structure

Ratios de gestion

Liens utiles

La lecture financière, quel intérêt ?

La lecture financière du bilan fournit des informations sur la situation et la capacité financière actuelle de la société. Cette lecture se fait à l’aide des ratios calculés à partir des valeurs au bilan. Cela permet d’anticiper une demande de prêt, un placement de liquidités, des achats, des investissements, des prises de participation, etc.

Les ratios sont destinés à/aux :

  • La direction de la société
  • Investisseurs déjà engagés : associés (Sàrl), actionnaires (SA), détenteurs de participations, etc.
  • Prêteurs potentiels : banques, organismes de cautionnement, etc.

Les investisseurs déjà engagés souhaitent s’assurer que la société ne risque pas l’insolvabilité à court ou moyen terme. Les prêteurs potentiels souhaitent s’assurer que la société est capable de payer les intérêts et de rembourser un prêt à court ou long terme.

Les ratios calculés reposant sur les valeurs au bilan, les intéressés précités souhaitent aussi s’assurer que ces valeurs sont proches de la réalité économique de la société. Ils peuvent donc demander un audit comptable qui peut se traduire par un redressement du bilan (correction). Voir à ce sujet Bilan – La lecture patrimoniale.

Ratios de liquidité

Liquidité immédiate (quick ratio)

(10 Actifs circulants – 120 Stocks et prestations non facturées) x 100
—————————————–
20 Dettes à court terme

Lire Actifs circulants moins Stocks, le tout multiplié par cent, le tout divisé par Dettes à court terme.

(à court terme signifie transformables en liquidités pour les actifs / remboursables pour les dettes dans les 12 mois au plus)

Les actifs circulants sont composés de :

  • 100 Liquidités
  • 106 Avoirs à court terme cotés en bourse
  • 110 Créances résultant de livraisons et prestations (factures aux clients)
  • 114 Autres créances à court terme (avances et prêts, avances de cotisations sociales, etc.)
  • 130 Comptes de régularisation de l’actif (charges payées d’avance, produits à recevoir en attente de facturation aux clients)

Les dettes à court terme sont composées de

  • 200 Dettes à court terme résultant d’achats et de prestations de services (factures des fournisseurs)
  • 220 Autres dettes à court terme (TVA nette à payer, impôts sur le revenu, dividendes, cotisations sociales, impôt à la source, etc.)
  • 230 Comptes de régularisation du passif (charges à payer en attente de factures des fournisseurs)

Les stocks (120) qui sont intégrés aux produits finis facturés aux clients sont soustraits des actifs circulants (10) car il n’est pas prévu que la totalité du stock soit consommée en 12 mois au plus.

Ce ratio devrait au moins atteindre 100%, ce qui signifie que les actifs circulants diminués des stocks permettent de payer les dettes à court terme. Si la comptabilité est bien tenue et que ce ratio est très inférieur à 100%, nous pouvons faire les hypothèses suivantes parmi d’autres :

  • Les ventes de la société augmentent rapidement et il est nécessaire de financer cette croissance par un crédit d’exploitation. Parce que les dépenses d’exploitation précèdent l’encaissement des factures aux clients, et que ces dépenses augmentent rapidement, il est nécessaire de financer l’exploitation pendant cet laps de temps “mort”.
  • Les ventes de la société déclinent sans réduction de l’activité, ce qui signifie une augmentation des stocks (de produits finis invendus)
  • La marge commerciale (bénéfice) sur les produits facturés aux clients de la société est insuffisante, voire négative (le prix de vente est inférieur au coût de revient, soit la somme des coûts nécessaire à la réalisation du produit livré au client). Certaines sociétés acceptent volontairement des marges faibles, nulles ou négatives pendant un certain temps afin d’éliminer des concurrents et acquérir des parts de marché.
  • Les ventes de la société sont stables mais le délai de paiement accordé aux clients est beaucoup plus long que le délai accordé à la société par ses fournisseurs. On dit que la société fait la banque, elle finance le marché.

 

Liquidité courante (curent ratio)

10 Actifs circulants x 100
——————————————
20 Dettes à court terme

Lire Actifs circulants multiplié par cent, le tout divisé par Dettes à court terme.

(à court terme signifie transformables en liquidités pour les actifs / remboursables pour les dettes dans les 12 mois au plus)

Ce ratio devrait au moins atteindre 200%, ce qui signifie que les actifs circulants permettent de payer deux fois les dettes à court terme. Si ce ratio est très très inférieur à 200%, les hypothèses avancées pour le ratio de
liquidité immédiate restent valables. Les stocks constituent une variable d’ajustement magique et doivent être spécialement analysés en cas d’audit, tant leur contenu que leur valorisation. Ainsi la valeur des stocks … :

  • peut être augmentée par une partie des achats de matières et marchandises effectués pendant l’année. Ce procédé augmente aussi le résultat d’exploitation. Il n’est par contre pas prévu d’augmenter cette valeur par une réévaluation puisque les stocks sont initialement comptabilisés à leur coût d’acquisition qu’ils ne peuvent dépasser (exigence légale).
  • peut être diminuée par des sorties de stock supplémentaires qui sont consommées dans l’exploitation. Ce procédé diminue aussi le résultat d’exploitation.
  • peut être diminuée par des ajustement (dévaluations) ou des provisions en cas d’incertitude sur leur utilité ou leur valeur.

La valeur des travaux en cours (effectués mais non facturés) peut être adaptée par les mêmes procédés que ceux appliqués aux stocks.

 

Capacité de remboursement

20 Dettes à court terme + 24 Dettes à long terme
—————————————————–
Cashflow d’exploitation (1 an)

Lire Dettes à court terme additionnées aux Dettes à long terme, le tout divisé par le cashflow d’exploitation (1 an).

Les dettes à long terme sont composées de :

  • 240 Dettes à long terme rémunérées (dettes bancaires, engagements de leasing de plus de 12 mois, hypothèques, etc.)
  • 260 Provisions à long terme et provisions légales (provisions pour impôts, risque de change, etc.)

Le cashflow d’exploitation annuel est obtenu comme suit (non monétaire = Non cash, sans mouvement de liquidités) :

+ Bénéfice net
+ Pertes extraordinaires et hors exploitation
– Bénéfices extraordinaires et hors exploitation
+ Amortissements (charges non monétaires annulées => Augmentation du bénéfice )
+ Dévaluations d’actifs circulants et immobilisés (charges non monétaires annulées => Augmentation du bénéfice)
– Réévaluations d’actifs circulants et immobilisés (produits non monétaires annulés => Diminution du bénéfice)
+ Constitutions de provisions (charges non monétaires annulées => Augmentation du bénéfice
– Dissolutions de provisions (produits non monétaires annulés => Diminution du bénéfice)

Les dettes et le cashflow d’exploitation doivent être de la mème année (par exemple, dettes au 31.12.NN et cashflow 12 mois clos au 31.12.NN).

Ce ratio ne devrait pas dépasser 5 pour des activités de faible intensité capitalistique (services, commerces de gros et détail, production de biens courants, etc.), ce qui signifie qu’il faut 5 ans au plus pour rembourser la
totalité des dettes avec 1 an de cashflow d’exploitation. Une activité à forte intensité capitalistique (immobilier, extraction d’énergie fossile, etc.) dépassera largement les 5 ans du fait de l’importance des dettes à long terme qui financent les actifs immobilisés.

Ratios de structure

Endettement

(20 Dettes à court terme + 24 Dettes à long terme)
—————————–
Somme du bilan

Lire Dettes à court terme additionnées aux Dettes à long terme, le tout multiplié par cent, le tout divisé par la somme du bilan.

Ce ratio indique la proportion des dettes par rapport aux fonds propres. Une valeur élevée (90% par exemple) ne signifie pas la situation financière de la société est mauvaise. Cela signifie que la société finance son activité par l’endettement, ce qui peut être avantageux en période de taux d’intérêts bas ou négatifs. Il est en effet possible que du capital propre (parts sociales, actions) supplémentaire coûte plus cher (taux d’intérêt = Prime de risque demandée) qu’un crédit bancaire remboursable en 2 ou 3 ans.

Ratios de gestion

Rotation des débiteurs

Moyenne (110 Créances résultant de livraisons et prestations N-1 + N) * 360
——————————
Chiffre d’affaire N

Lire Moyenne des Créances résultant de livraisons et prestations année précédente additionnées à année actuelle, le tout multiplié par 360 jours, le tout divisé par le chiffre d’affaire année actuelle.

Ce ratio indique le délai moyen de paiement en nombre de jours des factures par les clients. Il devrait être proche du délai de paiement officiellement accordé aux clients (celui qui est indiqué sur les factures). Ce délai ne devrait pas être très supérieur au délai de paiement moyen des Dettes à court terme résultant d’achats et de prestations de services (200). Sinon, la société fonctionne comme une banque et finance le marché. Ce qui l’oblige à employer plus de liquidités pour son activité. Ces liquidités supplémentaires ne sont pas gratuites, même si elles proviennent des fonds propres.

 

Rotation des stocks

Moyenne (120 Stocks N-1 + N) * 360
——————————————–
Coût des marchandises

Lire Moyenne des Stocks année précédente additionnées à année actuelle, le tout multiplié par 360 jours, le tout divisé par le coût des marchandises.

Il s’agit de la rotation des matières et marchandises achetées pendant l’exercice N-1 et N. Il ne faut donc pas prendre en compte la valeur des produits finis et travaux en cours dans la valeur 120 Stocks N-1 et N. Le coût des marchandises est tiré du compte d’exploitation (4 Charges de matériel, de marchandises et de prestations de tiers).

Ce ratio indique le nombre de jours moyen de séjour en stock des matières et marchandises achetées. Il dépend de l’activité de la société. Dans le commerce des produits frais, ce ratio est de quelques jours. Dans la fabrication et la vente de montres de prestige, ce ratio peut dépasser les 700 jours (plus de 2 ans).

IMPORTANT
Les matières et marchandises concernées sont exclusivement celles qui sont revendues aux clients, indirectement par une intégration aux produits vendus, ou directement par une revente en l’état. Elles sont comptabilisées dans 4 Charges de matériel, de marchandises et de prestations de tiers.
Les matières et marchandises qui ne sont pas dans ce cas (consommables d’exploitation – carburants, entretien, réparation, consommables de bureau, etc.) ne doivent pas être pris en compte. Elles sont comptabilisées dans 6 Autres charges d’exploitation …

Liens utiles

A votre service

Vous avez des questions, besoin d’un service de gestion ponctuel ou régulier à long terme, n’hésitez pas à nous contacter avec le formulaire Contacter gestion pme suisse ci-dessous, ou directement à contact@gestionpmesuisse.com